it's more fun in the philippines

15 jours dans l'archipel aux 7000 îles à travers rizières, plages, cascades et montagnes. Nous partons en juin 2017, le début de la période des typhons et des pluies. Nous sommes tous les deux et avons réservé quelques hébergements, les vols intérieurs et notre guide pour les rizières avant le départ.

Jour 1 : Arrivée à la capitale

 

Après environ 17h de trajet via Hong Kong, nous arrivons à Manille vers 19h30. Il fait nuit et il fait encore très lourd. En sortant de l'aéroport, nous avons besoin de prendre un taxi vers notre hôtel. Et là les enchères démarrent fort! 1500 pesos philippins pour rejoindre le quartier de Rizal Park. Après négociation, nous en payerons finalement 400 en laissant un pourboire. Notre hôtel, le Casa Bocobo est bien (1810 php la nuit). Les chambres sont propres avec climatisation et l'accueil est très sympathique. On sort voir le Rizal Park (à 2 min à pied de l'hôtel) et son fameux spectacle de jet d'eau en musique. C'est un peu kitsch mais c'est à voir. Des jets multicolores et quelques effets pyrotechniques sur fond de chansons de diva. Nous rentrons nous coucher après ce long voyage en avion.

 

Jour 2 : Manille la suffocante

 

Après une bonne nuit de sommeil, nous partons pour une journée découverte de la ville Intramuros : le quartier historique. Nous prenons notre petit déjeuner au resto de l'hôtel : la Kantina Sabel. Le cadre est joli, la nourriture bonne mais le service un peu lent. Après avoir avalés nos toasts, nous laissons nos gros sacs de voyage à la réception qui accepte de nous les garder gratuitement jusqu'au soir. Un bon service rendu car nous n'aurions pu visiter la ville avec ses kilos sur le dos.

C'est le matin mais la chaleur de Manille est déjà étouffante. Nous commençons notre tour par la découverte de Rizal Park, de jour cette fois. En passant sous le pont Intramuros, l'ambiance de la ville change complètement. Peu de voiture, donc peu de circulation et de bruit. Nous découvrons églises, bâtiments et fortifications à inspiration espagnole. Pour peu, on se croirait au Mexique. Notre matinée se termine par la visite du Fort de Manille (150php) dans lequel on peut visiter quelques salles, souterrains et cachots mais aussi le musée consacré à Rizal, figure de la révolution Philippine.

Après cette visite culturelle, la soif et la chaleur nous poussent à la recherche d'un endroit climatisé. Nous finissons donc au Starbucks, pas très local mais tellement rafraîchissant par ces températures ressenties à près de 48°C !

Nous continuons notre visite de la ville par la découverte de la Casa Manila (150php) qui est une reconstitution d'une maison coloniale. La visite est courte et intéressante pour comprendre la vie de l'époque. Après avoir flâné dans quelques ruelles, nous reprenons le chemin vers Rizal Park où l'on profite du spectacle de jets d'eau en attendant la tombée de la nuit. Il est temps pour nous de récupérer nos sacs à l'hôtel. Nous avons un bus de nuit à prendre pour Sagada. Nous décidons de manger avant de partir, toujours au restaurant de l'hôtel avec un bon plat de riz et une bière (450php pour 2). Avec l'aide de la réceptionniste, nous trouvons un taxi pour nous conduire à la gare routière de Cubao pour 450php seulement (merci à l'appli Grab).

Mais les bouchons à cette heure s'invitent sur la route. Nous mettons beaucoup de temps à arriver et le chauffeur au lieu de nous déposer à la gare routière, nous conduit au terminus de la compagnie Coda Lines. Nous avions pris nos billets sur internet et malgré les réticences lues sur des forums, cela a bien fonctionné. Nous voilà donc au terminus dans la salle de pause des chauffeurs qui nous conduisent dans une maison. Une famille est en train de manger devant la TV. Pas perturbés par notre présence, ils nous installent sur le canapé devant la télé et nous donnent une bouteille de Pepsi. Sans explication, nous attendons, amusés devant un soap typiquement asiatique...

Le bus pour Sagada part à l'heure, nous sommes les premiers à l'intérieur. Il passe par la gare routière récupérer les autres passagers et c'est parti pour 11h de bus. Le bus est tout neuf, climatisé (un peu trop diront certains mais prévoyants, nous avions gardé les couvertures de l'avion pour dormir au chaud). 

La Casa Manila
La Casa Manila
Rue de Manille
Rue de Manille

Jour 3 : Sagada

 

Le bus fait des pauses régulières. Vers 4h du matin, le soleil se lève sur les montagnes du Nord. Le paysage est magnifique. Les montagnes deviennent bleues et roses avec le soleil levant. Cela nous fait oublier les nombreux lacets et virages que nous prenons depuis des heures.

Arrivés à Bontoc, il nous reste encore 30km avant d'arriver à Sagada. Le bus s'immobilise, nous ne sommes plus que 5 ou 6 dans le bus, les passagers descendant au fur et à mesure. Le chauffeur nous dit alors qu'un éboulement sur la route empêche le car de passer. Nous sommes transférés dans une sorte de camionnette avec des banquettes à l'arrière pour finir le trajet. Sur la route, nous croisons d'autres bus qui passent la route. Avec l'impression de s'être un peu fait avoir par la compagnie, nous arrivons à Sagada, soulagés et amusés de cette escapade en mini jeepney.

Fatigués de notre voyage (il faut l'avouer, nous n'avons pas dormi vu l'inconfort d'un voyage en bus), nous allons directement à notre guesthouse Isabelo's Inn pour se reposer. Nous sommes surpris d'avoir les clés aussitôt, il est environ 7h du matin et le check-in ne se fait pas avant 12h d'ordinaire. Heureux de pouvoir prendre une douche et se reposer, nous allons vite déchanter quand les travaux commencent. Les propriétaires ayant décidé de refaire la toiture ces jours-ci. Nous sommes juste sous les toits et il est impossible de rester dans ce vacarme assourdissant juste au-dessus de nos têtes !

Nous partons alors prendre un petit déjeuner à la Yoghurt House. L'endroit est désert et reposant. 

Après avoir repris quelques forces, nous partons pour la découverte des fameux cercueils suspendus de Sagada ! Nous empruntons le chemin qui mène derrière l'église mais nous nous faisons vite arrêter par des guides qui demandent un droit d'entrée avec guide pour y aller. Ne pouvant pas contourner cela, nous acceptons (sachant malgré tout la facilité du chemin à suivre). Notre guide Esperanza, nous propose carrément un trail de 2h30-3h dans la forêt : l'Echo Tour (600php). Là encore on accepte, heureux de découvrir l'endroit avec des explications !

Après avoir traversé le cimetière, nous arrivons à l'echo valley, connue comme son nom l'indique pour son écho. Esperanza nous invite à crier pour nous rendre compte. Nous descendons ensuite jusqu'aux cercueils suspendus. Nous sommes juste sous la paroi où il y a quelques années encore, les habitants de la vallée, suspendaient les cercueils.

Les chaises servant à laisser les corps des défunts quelques jours avant de les mettre dans les cercueils. Un endroit très mystique...

Les cercueils suspendus de Sagada
Les cercueils suspendus de Sagada

Nous continuons notre trail avec notre guide à travers la montagne. Il faut traverser des rivières à plusieurs endroits. N'ayant pas de chaussures adaptées, nous le faisons pieds nus. Notre chemin nous emmène jusqu'à une rivière souterraine. Il faut maintenant remonter vers le village afin d'aller voir les chutes de Bokong. En passant à travers des rizières, le chemin facile d'accès et rapide nous emmène devant les chutes où il est possible de se baigner mais le soleil est au plus haut point et nous ne sommes pas équipés pour la baignade. Des buffles se baignent tranquillement dans la rivière pour se rafraîchir, comme ils ont raison !

Sur le chemin du retour on goûte des mini-concombre qui poussent le long d'un mur. 

Le déjeuner se fera au Salt & Pepper pour quelques pesos. Là encore, l'endroit est désert. Nous nous détendons sur la terrasse. La pluie arrive et nous empêche d'aller voir les grottes de Lumiang... Pour le dîner, nous avons trouvé au Log Cabin une excellente adresse ! Décor de chalet américain, personnel très accueillant et légumes de saison (miam) : un bon cocktail pour une belle soirée avant d'aller enfin faire une vraie nuit. Les travaux dans la guesthouse se sont arrêtés vers 17h. La chambre est basique avec salle de bain privée (et eau chaude!) et très bien située à Sagada. Le seul point noir aura vraiment été le bruit lié aux travaux et l'absence d'explication de la part des propriétaires.

Jour 4 : Début du trek, Hapao et sources chaudes

 

C'est notre premier jour de trek ! Nous nous levons tôt pour ne pas rater les jeepneys qui partent pour Bontoc afin de relier ensuite Banaue.

Des jeepneys partent environ toutes les 30 min, quand ils sont pleins. Nous sommes les seuls touristes dans le jeepney (et ça sera le cas tout au long de notre voyage). Le trajet passe vite, la vue sur les montagnes est tellement magnifique. Environ 30 min plus tard, nous arrivons à Bontoc. Là, mon itinéraire prévoyait de prendre un mini-bus pour aller plus vite et avec plus de confort à Banaue. Mais devant la nonchalance du chauffeur et le manque de touristes pour remplir son mini-bus (sans quoi il ne partait pas!), je me dirige vers un parking où des habitants attendent devant un gros bus - comment dire...- vieillissant. Une femme vient vers nous spontanément et nous explique que nous devons nous installer dans le bus en attendant que la billetterie ouvre. Ce que nous faisons grâce à ses conseils. Avec nos billets en poche, c'est parti pour 2h30 de route dans le bus sans clim et au cœur de la population locale. Les paysages qui défilent sont juste magiques ! On commence à apercevoir des petits villages avec des rizières, un avant goût de ce qui nous attend ! Je mitraille de photos tout en sachant que prendre des photos en mouvement c'est juste impossible. Les passagers doivent bien se moquer de moi et de mon appareil que je passe à travers la fenêtre.

Le bus nous dépose au point de vue principal de Banaue, là où notre guide nous a demandé de le rejoindre. Il y a quelques commerces et des vieilles femmes en tenue traditionnelle qui "vendent" une photo souvenir en leur compagnie. Nous refusons et cherchons la guesthouse où vit notre guide : Tony's homestay. Il nous faut plusieurs minutes et quelques conseils d'habitants avant de comprendre que la maison est bien l'habitation avec un toit vert qui se situe tout en contrebas de la route. En descendant la centaine de marche assez abruptes, on se dit qu'on aura bien du mal à les remonter avec nos gros sacs à dos. 

Nous sommes accueillis par Tony, le père de Franz (notre guide), il nous annonce que Franz est à l’hôpital à cause d'une bactérie à l'estomac qui le rend très malade. Il ne sait pas quand il sortira... Un peu désorientés par cette nouvelle (nous étions censés partir en trek, là maintenant!), nous commençons à planifier nos prochains jours en allant plutôt dans le centre de Banaue pour trouver un autre guide. Tony nous dit de rester, qu'il va appeler un cousin qui fait des treks aussi et c'est là qu'intervient... Alvin !

Alvin arrive et nous explique le programme, on le peaufine avec lui selon nos envies, notre fatigue et notre niveau de randonnée. Tout semble rouler, nous partons donc pour notre première randonnée à la découverte de la région. Il est 13h passé et nous n'avons pas mangé. On achète quelques biscuits pour prendre des forces dans une petite guitoune et on part en tricycle avec Alvin et son frère qui nous sert de chauffeur.

Direction Hapao et ses sources chaudes. Sur la route, Alvin nous arrête régulièrement pour admirer des points de vue et faire des photos (aurait-il décelé notre passion pour la photo?!) : Hunudgan et les terrasses d'Hapao.

Nous sommes obligés de prendre un guide municipal pour faire la randonnée vers les sources chaudes. La randonnée est de niveau facile mais il ne faut pas avoir le vertige car on surplombe les rizières de parfois 2m, 5m voire 20m. L'équilibre est indispensable. On est haut, ça fait un peu peur mais ce n'est pas grand chose comparé à ce qui nous attend le surlendemain. Nous arrivons rapidement sur la cascade d'Hapao et les sources chaudes : un bassin où l'eau est à 42,9°C ! La différence de température entre l'eau de la rivière et le bassin d'eau chaude est à expérimenter. Et puis arrive l'orage et la pluie (et oui c'est le mois de juin). Heureusement pour nous, à l'arrivée de la balade, il y a un petit préau sous lequel nous nous abritons en attendant de voir une éclaircie. J'ai oublié mon poncho à la guesthouse et nous pensons au retour à faire sous la pluie en riant jaune... La pluie se calme assez vite. Nous en profitons pour faire le chemin du retour. Les paysages sont verdoyants à cette époque de l'année, presque fluo. Nous passons sur un pont en métal d'un autre âge, prêt à s'écrouler et sur lequel nous devons "passer un par un". Un pont est un construction à côté pour les futurs randonneurs. Nous croisons aussi beaucoup d'enfants sur le chemin du retour de l'école et qui se poussent pour nous laisser passer. Ils sont impressionnants à courir en tongs sur les murets à plusieurs mètres du sol ! 

Le trek aura duré 5h, Alvin nous raccompagne à la guesthouse où après une bonne douche et un repas succulent servi par Rita (la femme de Tony), nous partons nous coucher (en fermant les yeux sur les 2 énormes cafards aperçu dans la chambre). Mais la nuit ne se passe absolument pas comme prévu...

Jour 5 : Trek vers Batad

 

C'est parti pour la découverte de Batad que l'on attendait tant ! Mais d'abord, nous faisons une halte dans le centre de Banaue pour acheter nos billets de bus retour et de quoi manger pendant le trek. Après plusieurs arrêts photo et explications sur la rivière Snake et le village de Bangaan ; nous partons vers 12 h pour notre trek jusqu'à Batad. Le village n'est accessible qu'à pied après plusieurs heures de marche. Nous prenons un chemin moins fréquenté que le principal pour y arriver. Il fait très chaud et Alvin, prévenant, nous donne un bâton à chacun pour conforter notre équilibre. Nous nous arrêtons dès qu'il y a un bout d'ombre pour souffler un peu et discuter avec Alvin. Il travaille dans les rizières aussi, il nous explique donc beaucoup de choses très intéressantes. Pour le déjeuner, nous avons du riz, du porc sauce ketchup/banane et de l'ananas. Sur la deuxième partie du trek, nous rentrons dans la forêt, la végétation est plus dense. Un arbre est tombé sur le chemin et nous barre la route alors que nous sommes presque arrivés.